Mon Foyer - Je ne me suis pas flingué par hasard

Un chamboule-tout familial de Pierre Notte

Projet en cours de production / Création 2018 / Tournée sur la saison 2018-2019

Extraits

le fils se lève - la mère

la mère. qu’est-ce que tu fais - assieds-toi et tout de suite
le fils. je suis debout je me lève - je suis debout et je m’en vais
la mère. tu restes
le fils. je m’en vais
la mère. tu te rassieds tu écrases ton petit cul sur ta petite chaise et tu ne bouges pas d’ici
le fils. je vais crever si je reste - si je reste je crève maman
la mère. on y passera tous - moi la première - pour l’instant tu t’assieds tu bouffes ton rôti et si tu crèves tu crèves sans te faire remarquer

...

une vieille dame perdue se lève et une fille

la vieille dame. ce n’est pas drôle de mourir jeune
la fille. ça y est c’est reparti
la vieille dame. mourir vieux non plus
la fille. eh ben oui
la vieille dame. ça n’est pas très drôle - mourir jeune
la fille. eh ben non
la vieille dame. mais mourir vieux non plus
la fille. eh ben oui
la vieille dame. vivre non plus ça n’aura pas été drôle tous les jours
la fille. ça c’est sûr que ce n’est pas pour ce que tu nous auras fait marrer
la vieille dame. vivre non plus ce n’est pas drôle mais alors mourir
la fille. bon ben maintenant ça va bien - on se tient et on se tait - tu ne vas pas encore nous plomber la soirée

 

Résumé

Prenez une famille, n’importe laquelle – la vôtre fera l’affaire. Réunissez-la pour une joyeuse occasion. Louez une salle des fêtes, mettez des décorations, organisez un buffet, passez de la musique ou engagez un DJ, fournissez de l’alcool et des toasts au tarama. Si quelques heures plus tard, tout le monde est toujours debout, sympathique, souriant et joyeux estimez-vous chanceux, vous êtes bien tombé ! Mais il est probable que quelques-uns se soient effondrés, que des couteaux aient été plantés dans des mains, que des paroles définitives aient été prononcées, que des couples se soient déchirés, des frères et sœurs écartelés, des amis fâchés à jamais. C’est en tout cas comme ça que cela se passe chez Pierre Notte. Or, quand c’est Pierre Notte qui le raconte, c’est fort plaisant, car chez lui la cruauté est toujours voisine de la poésie, de la tendresse et de l’humour.

Mon Foyer, c’est une revanche contre les fleurs en papier crépon, les cotillons, les chenilles qui redémarrent, et autres réjouissances familiales !

 

Distribution

Mise en scène – Eve Weiss

Avec

Florent Castagnino – Le fils, un cousin, le petit frère, un jeune homme, une vieille copine, premier ami, la cadette, deuxième camarade

Jérémy Prévost – L’oncle, l’autre cousin, un vieillard, lui, deuxième ami, l’ainée, le grand frère, la vieille dame, premier camarade

Johanna Rousset – La mère, la tante, une sœur, une vieille copine, elle, la grande sœur, une fille

 

Scénographie – Cyril Turpin

Costumes et accessoires – Virginie Lecoutre

Lumières – Gilles Gaudet

 

Le mot de l’auteur

"La monstruosité, les violences et les individus fissurés, cassés, qui vont chercher réparation, d’une manière ou d’une autre, l’obtenir ou pas. La scène, le plateau, ce serait le lieu de l’exploration des failles, des cassures humaines. C’est ça, rien d’autre, qui m’intéresse, dans l’écriture : le spectacle vivant, espace de recherche, laboratoire des fracassés. Mon foyer… est une étude des haines à bons comptes. Un soir de Noël ou un jour de mariage, une réunion de famille. Les mères et les fils, les vieilles sœurs, les amis, les frères, les amours, les amants, les collègues, les gens par couple, par deux, qui se parlent, et peu à peu font de leur dialogue une catastrophe humaine, ça dégénère, ça sombre dans le pire de ce que nous sommes. Féroce, méchant, mauvais, le tragique belliqueux de la nature humaine. Eve Weiss, metteur en scène, porte ce projet, comme elle a mis en scène Sortir de sa mère, avec intelligence, avec grâce et énergie. J’ai confiance en elle, absolument, pour mener ce projet de pièce de guerres avec chansons, pour dire de quelle barbarie nous sommes capables, nous les premiers, nous aussi, les gens gentils civilisés."

P.N.

Pierre Notte a mis en scène ses propres textes, notamment C’est Noël tant pis, L’Histoire d’une femme, Sur les cendres en avant, Les Couteaux dans le dos, Pour l’amour de Gérard Philipe, Ma folle otarie, J’existe (foutez-moi la paix), ou la version japonaise à Tokyo de Moi aussi je suis Catherine Deneuve. Il a également mis en scène Kalashnikov de Stéphane Guérin, Noce de Jean-Luc Lagarce, ainsi que Night in white Satie, L’Adami fête Satie. Dernières publications : Chansons pour cœurs pourris, Archimbaud/Riveneuve, 2016 ; L’Effort d’être spectateur, Les Solitaires intempestifs, 2016 ; L’Histoire d’une femme Quatre-vents, Avant-scène, 2017, Tokyo, Catherine et moi, Le Sentiment géographique, Gallimard, 2017. Il est lauréat du prix auteur Beaumarchais Le Figaro 2017.

 

Le mot de la metteuse en scène

"Transformer en joie et en poésie les lourdeurs ou tracasseries de la vie, c’est pour moi la fonction principale du théâtre et c’est sûrement la raison pour laquelle je m’entends si bien avec l’écriture de Pierre Notte. Car même lorsqu’il parle de haine et de méchancetés, c’est toujours réconfortant... Dans une ambiance de fête avec décoration, musique, buffet et karaoké, les membres de cette famille imaginaire, vont se dire leur haine et chanter leurs espoirs. Ils ne seront que trois comédiens pour interpréter les 24 rôles de cette pièce défoulatoire et cathartique. Trois comédiens seulement pour représenter une foule de manières de s’entretuer symboliquement. Comme dans un numéro de transformisme effréné, ils passeront sans cesse, avec dextérité, d’un personnage à l’autre, d’une intimité tordue à une autre.  A l’issue de ce marathon théâtral et burlesque, ils seront essoufflés et transpirants, lessivés par le jeu comme les personnages qu’ils interprètent le sont par leur condition de pauvres êtres relationnels. Qu’à eux trois ils incarnent toutes les monstruosités familiales, qu’on s’y reconnaisse, qu’on les aime en les détestant, comme on peut aimer et détester un frère, une sœur, un vieil ami, une mère, un oncle, une grand-mère, voilà le pari que je prends. Il va nous falloir déployer toute notre inventivité et notre fantaisie collective pour tenir le rythme soutenu que le texte impose sans pour autant négliger la sincérité des états émotionnels. C’est le défi ludique que je nous lance et je fais confiance à ces trois comédiens-là pour le relever joyeusement et brillamment !"

 

Production / diffusion

Compagnie Jette ton Pyjama ! Production - contact@jettetonpyjama.com - www.jettetonpyjama.com

Nous sommes à la recherche d'un(e) chargé(e) de production pour ce projet. Si vous êtes intéressé(e), n'hésitez pas à nous écrire.